NIU / UGAP

Vue NIU

Tabourets NIU

schema

Sans titre-3

Concours Jean-Prouvé / NIU
Note d’intention

Penser l’école de demain se révèle être un projet de société se définissant dans un espace en pleine mutation. Le numérique a changé nos pratiques de tous les jours, et s’ancre peu à peu dans le système éducatif. Les pratiques pédagogiques, les supports de cours ont évolué, pour se calquer sur les pratiques digitales, offrant des postures plus libres et des usages simplifiés. En effet, l’école d’aujourd’hui ne correspond plus au public. Les enfants ont progressé avec le numérique, leurs attentions et concentrations en cours ne sont plus les mêmes. Les pratiques d’apprentissages doivent être variées, afin d’impliquer les élèves dans leur formation. De plus, la sphère socioprofessionnelle incarne le travail en collectif, où l’échange et l’ouverture aux autres semblent primordiaux. A contrario, l’école encourage une certaine forme d’élitisme au détriment du collectivisme, en focalisant l’enfant sur sa réussite personnelle. (Système de notations, travail individuel, communication interdite…) Partant de ce constat, notre entrée dans le projet fut d’appréhender ce lieu en tant que plate-forme développant l’interaction collaborative. Appuyée sur les îlots bonifiés et le principe de la classe inversée, l’école Niu définit l’espace classe comme lieu de coopération afin de favoriser l’entre-aide et le partage des connaissances et des pratiques.

Note de conception

En tenant compte des aperceptions précédemment évoquées, nous avons développé le mobilier Niu, fonctionnant par paires. Notre volonté est de faire comprendre à l’enfant que seul, rien n’est possible. La gamme ne peut fonctionner indépendamment, du fait de son instabilité. Les élèves devront s’entraider pour utiliser les objets de la gamme, les assembler en duo ou en groupe afin de se rassembler. L’école Niu transmet donc un esprit collaboratif par son usage. D’autre part, à l’image du numérique, l’espace se veut modulable. Les pratiques sont ainsi démultipliées, chaque objet peut entrer en interaction avec l’autre. Pour exemple, nous avons choisi d’intégrer l’enseignant dans l’espace classe. Son bureau pourra s’appuyer, à un groupement d’élèves, au coin lecture ou encore s’isoler et interagir avec les étagères. Les tables se connectent ensemble, les chaises deviennent des bancs, les tables uniques, des regroupements et la bibliothèque devient un banc de lecture. Quant au dossier, il est un véritable outil pour l’élève. Son usage évolue et peut aussi bien remplir sa fonction de dossier, que de support pour tablette, de porte-livre ou encore d’assise au sol. L’ensemble du mobilier adopte un code coloré neutre, empêchant toute stigmatisation. Chaque couleur se décline en trois variantes, marquée par aucune, une ou deux surfaces mates couvrant le piétement. Ces codes couleur et matières permettent au professeur de concevoir des variations d’îlots de travail.

Projet de design global réalisé par : Timothée Schulze, Camille Gross, Laurent Gros, Francis Meano & Benjamin Marouane.